Quatuor Transactions : "Je me suis installé deux fois" - Page 34 | Quatuor Transactions Exploitation Agricole bordeaux , Exploitation Agricole angers , Exploitation Agricole nantes , Exploitation Agricole vannes , Exploitation Agricole rennes , Exploitation Agricole la roche sur yon Exploitation Agricole - Chateau, Domaine agricole, Domaine forestier, Manoir, -

"Je me suis installé deux fois"

Maxime Riteau a choisi de quitter ses associés pour se réinstaller seul, un an après sa sortie du Gaec.

Trente kilomètres séparent les deux exploitations situées dans le Maine-et-Loire. Maxime Riteau s’est installé sur la première, avec cinq associés. Sur la seconde, il a choisi de travailler seul. Cinq ans se sont écoulés entre ses deux entrées dans le métier.

« Comme une claque »

Bien que ses parents ne travaillent pas dans le secteur, Maxime a toujours voulu être agriculteur. « Le week-end, je passais tout mon temps sur la ferme des voisins. » L’élevage le passionne. Après un bac pro, il est engagé, en septembre 2011, comme salarié, par un Gaec de cinq associés. « En avril 2012, je devenais le sixième. Ça s’est un peu précipité mais si je ne m’installais pas, on perdait 300 000 litres de quotas laitiers et je risquais aussi de sauter. »

Spécialisée en polyculture-élevage, l’exploitation, située dans la vallée du Layon, dispose de 300 ha de blé, maïs, herbe et luzerne, de 120 vaches laitières et de 30 ha de vigne. « Au départ, ça me plaisait. » Mais le troupeau s’agrandit pour passer à 150 vaches et, en 2014, un associé quitte le Gaec : « Je me retrouvais à faire un peu tout, partout. Cela devenait très dur et on ne parvenait pas à se parler. » Après quatre ans et demi en tant qu’associé, Maxime s’arrête en août 2016, « épuisé ». Mésentente, divergence générationnelle : « C’était une claque pour moi mais je n’avais plus le choix. Ce n’était plus vivable. Un mardi matin, j’ai tout arrêté. »

Nouveau départ

A sa sortie du Gaec, il fait du remplacement, il contacte Dominique, un éleveur laitier de Beaupréau-en-Mauges qui veut transmettre sa ferme pour partir à la retraite. Quatuor Transactions, une agence immobilière spécialisée dans la transmission, mandatée par Dominique, se met en relation avec Maxime, en novembre 2016.

Les deux hommes vont alors bénéficier d’un suivi sur mesure. « Au départ, j’étais réticent, je n’avais pas confiance, admet Maxime. Mais si c’était à refaire, je le referais les yeux fermés. Les démarches administratives m’ont été facilitées. Tout est écrit, donc tout est clair entre Dominique et moi. Par ailleurs, l’agence m’a simplifié la tâche en réunissant tous les actifs en amont, dans un seul lot de vente. » Maxime s’est réinstallé en octobre 2017. Il possède aujourd’hui une cinquantaine de vaches et s’organise comme il le souhaite.

« Notre rôle est d’accompagner et de sécuriser les transmissions »
Nicolas Le Labourier, négociateur chez Quatuor Transactions

«Nous assurons l’intermédiation entre le vendeur et l’acquéreur, nous les accompagnons et faisons en sorte de sécuriser leur transmission. Concrètement, les compromis de vente sont réalisés par nos services juridiques, nous effectuons aussi toutes les démarches nécessaires auprès des propriétaires fonciers et procédons aux demandes d’autorisation d’exploiter. Nos interlocuteurs sont les banques, le notaire, le géomètre, la laiterie s’il le faut… Nous nous adaptons à chaque situation. Notre rôle est aussi de faire en sorte que les maillons respectent les délais, afin de limiter le temps entre l’accord trouvé entre les deux parties et la signature du compromis de vente, qui nécessite des accords bancaires, une étude économique, etc. Autant d’actions qui réclament toute notre attention. » Basée dans le Morbihan, Quatuor Transactions, dont les honoraires sont à la charge du vendeur, opère sur le tiers ouest de la France, de la Normandie aux Pyrénées. L’agence réalise cinquante transactions par an.

« 20 % de nos transactions sont des réinstallations »

« La réinstallation correspond à 20 % des transactions que nous réalisons dans l’année », note l’agence Quatuor Transactions, spécialisée dans la transmission d’exploitations. 50 % relèvent d’une installation et 30 % d’un agrandissement.

La mésentente au sein d’une société, la pression foncière ou une région à trop faible densité laitière sont les principales causes des réinstallations.

Rosanne Aries

La France Agricole 23 novembre 2017