Quatuor Transactions : Petits revenus ou grosses fortunes : Combien gagnent vraiment nos agriculteurs? - Actualités Quatuor Transactions - Actualités - Quatuor Transactions Exploitation Agricole bordeaux , Exploitation Agricole vannes , Exploitation Agricole angers , Exploitation Agricole nantes , Exploitation Agricole tours , Exploitation Agricole saint brieuc Exploitation Agricole - Château, Domaine agricole, Domaine forestier, Manoir, -

Petits revenus ou grosses fortunes : Combien gagnent vraiment nos agriculteurs?

Partager sur :
Petits revenus ou grosses fortunes : Combien gagnent vraiment nos agriculteurs?

Le dimanche 23/02/2020 à 21h05 sur M6 dans Capital

 

Le dimanche 23 février 2020 à 21h05 sur M6, le magazine « Capital », présenté par Julien Courbet aura pour thème : Petits revenus ou grosses fortunes : combien gagnent vraiment nos agriculteurs ?
Quatuor a participé à l'enregistrement d'un reportage sur l'agriculture qui sera diffusé dans cette émission.

Une séquence a été tournée dans le Calvados avec un producteur de lait et son repreneur néerlandais (installation aidée). Une autre séquence a été tournée chez un producteur de porcs des Côtes d'Armor  qui cherche un repreneur pour son exploitation.

Notre intervention fera partie du troisième sujet de cette émission.

Entre fortunes et revenus misérables, le grand scandale du monde paysan

Ils ne comptent pas leurs heures, travaillent sans relâche, souvent 365 jours par an, pour un salaire de plus en plus misérable. 20% des 450 000 agriculteurs français vivent en dessous du seuil de pauvreté. C'est la profession la plus précaire en France. Pourtant, avec 9 milliards d'euros d'aides de la PAC qui leur sont versés tous les ans, faisant de la France le premier destinataire des fonds européens, pourquoi les agriculteurs ne parviennent-ils pas à joindre les deux bouts ? Un an après la promulgation de la loi Egalim visant à assurer une meilleure rémunération des producteurs par la grande distribution, 91% des petits producteurs estiment que rien n'a changé. Toutefois, derrière cette précarité se cachent de vraies disparités et certaines exploitations agricoles s'avèrent très rentables. C'est le cas notamment de gros exploitants agricoles qui possèdent de nombreux hectares et pratiquent la monoculture. Ils bénéficient de très substantiels subsides de la PAC pouvant s'élever à plusieurs centaines de milliers d'euros par an. Nous avons passé au crible leurs comptes afin de comprendre leur économie. Plongée dans la vie de quatre familles d'agriculteurs.

Ils révolutionnent leur ferme pour augmenter leurs revenus

Depuis des années, les crises agricoles se succèdent, laissant le monde paysan toujours plus démuni. Pour éviter la banqueroute, des agriculteurs développent de nouvelles activités sans renoncer au travail à la ferme. Certains transforment leurs matières premières directement sur leur ferme, d'autres se lancent dans le divertissement comme le spectacle des Bodin's ou encore deviennent des relais colis pour toute la campagne alentour. Aujourd'hui en France, un agriculteur sur cinq ne vit plus exclusivement de l'agriculture. Quelles sont les nouvelles ressources de ces agriculteurs d'un nouveau genre ? Comment certains parviennent-ils à augmenter leur chiffre d'affaires de 30% avec ces nouvelles activités ? Quels risquent prennent-ils pour révolutionner leur ferme ?

Fermes à vendre : cherche repreneurs désespérément

En France, dans les prochaines années, un agriculteur sur deux partira à la retraite et on estime que près de deux tiers d'entre eux n'auront pas de successeur. Ils risquent donc de baisser le rideau de leur exploitation. Trouver un candidat prêt à racheter leur ferme est un parcours du combattant ! Conditions de travail difficiles, peu de congés, des revenus moyens de 1 200 euros par mois et le prix des terres découragent les candidats éventuels qui ne se bousculent pas pour reprendre ces dizaines de milliers de fermes promises à la disparition.

Par quoi leurs fermes seront-elles remplacées ? Quels sont les risques pour la France ? Que mettrons-nous dans nos assiettes ? Des exploitations en moins, cela veut dire aussi une désertification rurale qui s'accélère, car en moyenne, chaque exploitation agricole génère sept emplois indirects. Petites annonces, visites guidées, stages avec des agriculteurs pré-retraités : comment le monde agricole s'y prend-il pour susciter davantage de vocations et enrayer son déclin ? Et si la solution venait des paysans étrangers ? Avec des prix moins élevés que dans d'autres pays européens, les terres françaises suscitent de plus en plus d'appétit chez les agriculteurs des pays voisins. Qui sont ces paysans étrangers qui rachètent nos fermes ?